A LA MERVEILLE

 

20416283    

 

de Terrence Malick

Avec: Ben Affleck, Olga Kurylenko, Rachel McAdams, Javier Bardem

Drame, Romance 

 

synopsisMême s’ils se sont connus sur le tard, la passion qu’ont vécue Neil et Marina à la Merveille - Le Mont-Saint-Michel - efface les années perdues. Neil est certain d’avoir trouvé la femme de sa vie. Belle, pleine d’humour, originaire d’Ukraine, Marina est divorcée et mère d’une fillette de 10 ans, Tatiana. 
Désormais, le couple est installé dans l’Oklahoma. Leur relation s’est fragilisée : Marina se sent piégée. Dans cette petite communauté américaine, elle cherche conseil auprès d’un autre expatrié, un prêtre catholique nommé Quintana. L’homme a ses propres problèmes : il doute de sa vocation…
Marina décide de retourner en France avec sa fille. Neil se console avec Jane, une ancienne amie à laquelle il s’attache de plus en plus. Lorsqu’il apprend que rien ne va plus pour Marina, il se retrouve écartelé entre les deux femmes de sa vie. Le père Quintana continue à lutter pour retrouver la foi. Face à deux formes d’amour bien différentes, les deux hommes sont confrontés aux mêmes questions.

 

L'avis de Lisa McLivres:

 

Quand un réalisateur choisit de porter au cinéma un sujet tel que l'amour passionné, absolu, éternel, le résultat est soit magnifique, soit terrible. Et ici, le résultat n'est pas magnifique...

Lorsque l'on connaît un peu les films de Terrence Malick, on n’est pas surpris de trouver ici une mise en scène très esthétique et allégorique. Dans ce film, il ne déroge pas à sa règle et pousse même à l'extrême ce goût des prises de vue sublimes, des mouvements de bras incessants et des successions d'images sans réel fil conducteur. 

Alors oui, la façon de filmer particulière de Malick est un enchantement lorsqu'elle dure ... quelques secondes par séquences! Ici TOUT le film n'est QUE mise en scène! Une espèce d'exercice de style qui vous prend en otage dès le début pour vous relâcher soulagé à la fin!

C'est là que le bât blesse... il n'y a pratiquement aucun scénario. L'histoire de départ est tellement banale (une histoire d'amour qui ne fonctionne pas, comme c'est original!) que le scénario est creux, vide sans aucune consistance. Tout ce déballage d'images superbement filmées se fait au détriment de l'histoire. 

Chose très horripilante également, que je déteste plus que tout dans un film, c'est que le réalisateur ne nous donne qu'une moitié, un quart, voire moins, de réponses aux évènements que vivent les personnages. Le spectateur doit très souvent deviner ce qu'essaie de nous dire le réalisateur au travers de ses personnages quasi muets, et la plupart du temps on spécule sur les faits ou alors on passe complètement à côté et on ne comprend rien (pour moi les 20 dernières minutes du film... incompréhensibles, trop de spéculations).

Ah oui! Autre fait assez déroutant, même si ce réalisateur n'est pas du genre à imposer des monologues interminables à ses acteurs, on est tout de même soulagés que ces derniers ne soient pas rémunérés à la ligne!! Sinon pauvre Ben Affleck...! Son personnage brille par son... mutisme. 

Les autres personnages ne sont pas en reste, surtout les femmes (Olga Kurylenko et Rachel McAdams), qui ne marchent pas dans la rue mais dansent ou volent (belle image de la femme dis donc!) perpétuellement!! Au début on a envie d'en mourir de rire et plus le film avance et plus l'héroïne danse, et plus tout cela devient indigeste.

Les personnages justement... aucun n'a réussi à attirer mon empathie. Ils sont horribles ces personnages franchement! Entre Ben Affleck aussi austère qu'une porte de prison et Olga Kurylenko en amoureuse passionnée, soumise et hystérique voire bipolaire, je n'en croyais pas mes yeux.

Mention spéciale tout de même à Javier Bardem pour son rôle de prêtre qui perd sa foi. Dommage que CE personnage n'aie pas été plus exploité et plus raccordé à l'histoire des autres personnages. 

Je finirais en disant que l'un des aspects intéressant du film se trouve dans le côté social de l'histoire. Le réalisateur nous présente une facette de l'Amérique où le rêve américain n'a pas sa place, dans la misère des populations du fin fond du pays, sans emplois, sans avenir et en plus victimes collatérales des dangers de l'industrie.

Si je devais résumer ce film en quelques mots je dirais: des images superbes mais absence totale de scénario.

 

coeurcoeur_clair_clair_clair

 

 

Bande annonce: