A VOTRE SERVICE!

 

16211895

d'Angela Behelle

aux éditions La Bourdonnaye

 

 

Présentation de l'éditeur:

Les jeunes femmes d'aujourd'hui croient-elles encore aux contes de fées ?
C'est peu probable pour ce qui concerne Pascaline Villers.

À vingt-six ans, celle que tout le monde surnomme Cali a cessé de rêver au prince charmant. Elle se contente d'un job pas franchement à la hauteur de ses espérances dans un hôtel Parisien poussiéreux et tue le temps comme elle peut.
Aussi, quand sa meilleure amie, la pétillante et dévergondée Daphné lui propose de la remplacer incognito comme serveuse dans une partie fine donnée par un notable libertin et membre de La Société, elle y voit une excellente occasion de se distraire tout en arrondissant substantiellement sa fin de mois.

Pascaline va alors découvrir à ses dépens qu'on ne badine pas avec les règles strictes de l'organisation secrète et qu'on ne défie pas Alexis Duivel sans en payer chèrement les conséquences.
Acculée par le troublant vice-président de la Société à honorer sa dette et défendre la cause de son amie, la loyale Cali s'attend à tout sauf à trouver beaucoup d'intérêt et de plaisir dans le travail d'un genre très très particulier qui s'impose à elle, et pourtant...
Après Qui de nous deux ? et Mission Azerty, ce troisième opus de la série va vous éclairer davantage sur certaines valeurs fondamentales régissant la Société qui sait se montrer tout aussi implacable envers ceux qui la menacent que généreuse envers ceux qui la servent, jusqu'à faire croire parfois, aux contes de fées."

 

La chronique de Lisa McLivres:

Un conte de fées érotique

 

- Dis-moi un nom d’une personne qui ne soit parti de rien et qui ait trouvé le grand Amour ?
- Un nom, elle veut un nom, mais j’en sais rien moi... Cette salope de Cendrillon ?! - Pretty Woman


 

Présentation des personnages :

Le Prince : Daniel Sitrange

Homme d’affaire français qui vit à New York.

Il a 37 ans.

Dans son travail et dans sa vie privée, le changement est de mise !

La Princesse : Pascaline Villers dit Cali

Elle a 26 ans.

Jeune femme sachant obéir, sans poser de questions, à des ordres, et très malléable.

L’amie de la Princesse : Daphné Lefèvre

Un peu plus qu’une amie, elles partagent beaucoup de choses…

C’est elle qui lui donnera sa place au… bal

La Sorcière : Clémence Lannier.

Petite amie de Daniel.

Mannequin. Elle a la vingtaine, blonde (couleur de cheveux préférée que l’on prête à Daniel).

La Marraine : Mickaëlla Duivel

Le Magicien : Alexis Duivel

Les Lutins du Magicien :

Bertrand le coiffeur

Jill l’esthéticienne

Mélanie la vendeuse de vêtements de luxe

Madame Jeanne vendeuse de lingerie

 

Il était une fois, une jeune femme prénommée Cali. Sa vie n’est pas des plus passionnante, et elle  passe son temps entre son travail dans un petit hôtel sans prétention et ses « quatre heures » coquins avec son amie Daphné.  Ne connaissant aucuns tabous et avec un appétit certain pour le sexe, Cali va se voir offrir un cadeau des plus incroyables par son amie. Prendre sa place pour aller au bal le plus attendu dans la région et…. euh non pardon, prendre sa place lors d’une soirée libertine où elle pourra concilier l’utile à l’agréable ! Une soirée de débauche sans limites,  pour assouvir ses  envies sexuelles et pour se faire un bon petit pactole pour arrondir ses fins de mois.

Mais, ce ne sont pas les douze coups de minuit qui vont venir interrompre son rêve, mais plutôt l’arrivée d’un Magicien, Alexis Duivel, qui va la démasquer et refermer le piège sur elle. Pour pouvoir lever la malédiction qui s’est abattue sur Cali pour avoir impunément infiltré La Société sans en être membre, elle va devoir accepter l’impensable, autant dire vendre son âme au Diable….

 

Vous aimez les contes de fée ?

Quand Angela Behelle a écrit cette histoire, je ne sais pas si elle s’est imaginé qu’une lectrice comme moi allait y voir l’un des plus beaux contes de fées qu’elle n’ait jamais lu !

Alors oui, c’est un conte un peu particulier, d’un autre genre… Mais pour moi Daniel et Cali étaient mon Prince et ma Princesse rêvés, tout au long de la lecture.

De sa baguette magique, l’auteure nous transporte une nouvelle fois dans un monde de volupté, de luxure, de domination (non, non, pas de BDSM n’ayez pas peur !), d’amour, de romantisme, de sexe et  de sensualité.

Pour celles qui n’aiment pas les contes de fées, qui ne croient plus au Prince charmant, etc… Fermez les yeux…  et imaginez plutôt une histoire comme … Pretty Woman ! Une femme qui offre ses services à un homme d’affaire aussi séduisant que riche. Une relation d’employeur à employée sans commune mesure, dans laquelle tous deux vont se perdre. Quand le sexe comme outil de travail devient vite une essence vitale à ces deux corps. Quand les différences, les mondes opposés sont autant d’écueils qui empêchent les héros de se livrer. Quand les blessures du passé de l’un guérissent grâce à l’écoute et la tendresse de l’autre, vous deviendrez esclave de l’histoire et ne pourrez pas refermer le livre avant de l’avoir fini.

La magie opère également avec la présence du charismatique Alexis Duivel (tome 1), haut dirigeant de La Société, que l’on découvre mûri, apaisé mais toujours terriblement impressionnant voire, dangereux ! C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé ce personnage, qui prend une part essentielle dans cette Société et qui va ici se faire tantôt bourreau, tantôt guide. Doté d’un « nez » exceptionnel, on le sait déjà, il sait également découvrir le potentiel de Cali dès qu’il la voit.

Cette jeune femme, de par sa haute formation en hôtellerie de luxe, dispose d’un tempérament idéal aux yeux d’Alexis : elle est malléable, et capable d’obéir à des ordres sans poser de questions. Tout à fait le profil qu’il recherche pour le « travail » qu’il lui réserve.

Pour toutes celles qui ont lu les deux tomes précédents, vous allez retrouver toute la panoplie de personnages qui constituent La Société, avec Micky en plus, qui va endosser le rôle de « Marraine » en s’occupant de Cali. Elle va d’ailleurs dire l’une des plus belles phrases du livre : « […] chaque ordre doit être vécu comme un mot d’amour, une caresse, et servir à la jouissance et non à la soumission […] ».

Alors maintenant, imaginez….. Cali façonnée pour garder une allure impeccable et sensuelle quoiqu’il arrive, Daniel exigeant donneur d’ordres mais qui est tout de suite intrigué par cette jeune femme qui ne correspond pas, ou plutôt trop, à ce qu’il attendait.

Imaginez… un hôtel luxueux, une suite qui va servir de lieu de décompression pour ce riche homme d’affaire enseveli sous le travail et les responsabilités. Le contrat qui les lie sera à sens unique : j’ordonne, tu obéis ! Alors, lectrices, vous allez entrer dans un univers de sensualité à vous couper le souffle !

L’auteure, de sa plume toujours parfaite, va nous offrir encore une fois des scènes de sexes à vous pâmer, avec une dose de romantisme en plus qui pour ma part m’a fait fondre à chaque fois !

Oui pour moi romantisme et sexe sont compatibles, et j’ai trouvé exactement ma dose dans cette lecture !

Comme dans les autres tomes, les personnages ont du relief, du caractère et des blessures qui les rendent attachants au possible ! Daniel restera longtemps (peut-être à vie qui sait!) l’un de mes héros masculins favoris.

Mesdames, vous succomberez vous aussi j’en suis sûre devant son charme et son sex-appeal exponentiel (oui je n’ai pas encore réussi à le quantifier…).

Plusieurs «complications » vont venir contrarier la bonne marche de ce contrat : la jalousie, l’orgueil, l’argent, la peur… Et tout cela pour notre plus grand plaisir !

Je me suis délectée de cette histoire, que j’ai lu et relu, et mon cœur a chaviré à chaque fois avec cette fin si…. Je ne vous le dirais pas ! Lisez ce livre et vous la connaîtrez….

Pour finir je dirais juste que, pour les amoureuses de contes de fées et d’histoires érotiques, on commence le livre en se disant « Il était une fois… » et on n’espère qu’une chose c’est qu’on finisse par « Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. ». Mais les contes de fées n’existent pas alors… leur histoire se termine-t-elle vraiment comme cela ?

 

 

coeurcoeurcoeurcoeurcoeur