LA CAPTIVE DU HIGHLANDER

LE HIGHLANDER TOME 1

 

La captive du Highlander (Le Highlander, #1)

de Julianne MacLean

aux éditions Milady, collection Pemberley

 

Quatrième de couverture:

Lady Amelia Templeton préférerait mourir que de céder à son ennemi juré, Duncan MacLean, le guerrier le plus féroce de son clan. Alors qu’il s’apprête à tuer le fiancé d’Amelia, le Highlander tombe sous le charme de cette ravissante créature et décide de l’enlever, saisissant l’occasion de se venger de celui qui a assassiné l’amour de sa vie. Mais la belle Amelia n’est pas une prisonnière comme les autres. Elle provoquera chez le Highlander un sentiment plus puissant que sa fureur guerrière.

 

La chronique de Lisa McLivres:

Le sentiment que j’ai à la fin de cette lecture est assez mitigé.
Amatrice de Romances Historiques avec des Highlanders, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai démarré ce livre mais je l’ai refermé un peu déçue et frustrée.
Pourtant tous les ingrédients que j’aime dans ce genre d’histoire étaient bien présents :


- L’enlèvement :
Pour celles qui lisent des RH sur les Highlanders, vous ne serez pas surprises par ce thème récurrent. Historiquement prouvé, l’enlèvement était l’une des façons préférées des Ecossais pour prendre une épouse, qu’elle soit Ecossaise et ainsi s’allier à un clan ou Anglaise pour des raisons politiques. Donc c’est avec plaisir que j’ai vu que cette histoire démarrait sur ce thème, avec ensuite toute la fuite à travers les Highlands propice aux rapports conflictuels des deux héros qui finissent bien sûr par se rapprocher. C’est le cas ici pour Amelia qui morte de peur face au Boucher, Duncan MacLean, va tenter à plusieurs reprises de s’échapper. Mais elle finira par comprendre que n’est pas le plus dangereux celui qu’elle croit ! 


- Une héroïne aristocrate et un héros aux côtés barbares :
Ici l’héroïne, Amelia, est une jeune aristocrate Anglaise fiancée à un illustre colonel de l’armée de sa Majesté et qui n’a pas vraiment un caractère voué à la rébellion ou à la volonté d’indépendance. C’est ce qui m’a manqué. Non dénuée d’intelligence, Amelia n’a pas vraiment de « corps ». Elle vit sa vie d’aristocrate sans se poser de questions, et est prête à épouser un homme qui a sauvé la vie de son père. Pendant sa captivité avec le Boucher, elle n’aura de cesse de vouloir s’enfuir non pas parce qu’elle veut retrouver sa liberté mais plutôt pour retrouver sa vie tranquille et épouser celui qui lui est destiné. Je n’ai pas été très attirée par son personnage, et le fait qu’elle veuille du début jusqu’à la fin changer le tempérament de Duncan m’a déplu.
Duncan MacLean, lui apparaît, au début du moins, comme le Highlander type de ce genre d’histoire. Il est fort, sexy, féroce, c’est un guerrier et tue pour son pays et son honneur. La vengeance est donc toute naturelle chez lui, et lorsqu’il tente de tuer le fiancé d’Amelia pour le punir d’un crime atroce il ne trouve que cette dernière et décide de l’enlever. Duncan a tout du barbare, comme je les aime mais j’ai fini par être déçue également par son personnage, trop lisse, pas assez mis en relief par l’auteure et dans la deuxième moitié du livre il avait perdu tout éclat à mes yeux.

- Un vrai méchant :
Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ici nous avons vraiment affaire à un vrai « méchant » !! Le lieutenant-colonel Richard Bennett, fiancé d’Amelia, va se révéler être une crapule, une ordure sans nom mais sous une apparence de soldat valeureux, qui se bât pour son pays, son Roi et avec les honneurs. Pour ça tout va bien, ça me va. Mais dommage qu’il soit si peu présent et son sort est bien trop rapide, trop abrupte alors qu’il y avait matière à développer beaucoup plus son rôle dans l’histoire.

- Une intrigue sans temps mort :
Ce livre ne déroge pas à la règle, l’intrigue se met en place tout de suite avec la rencontre des deux héros dès les deux premières pages et ensuite l’aventure commence. Seulement, la deuxième partie du livre ralentit tout cela, et a effacé un peu mon intérêt. C’est dommage…

Bien que ce livre se lise très facilement, il n’a pas éveillé en moi un enthousiasme particulier. Le début est bien meilleur que le reste qui s’essouffle rapidement.
Les personnages secondaires, comme Angus par exemple, sont assez intéressants, et j’espère que son histoire sera un peu plus trépidante et que son tempérament de guerrier sanguinaire me réservera de belles surprises dans la suite.
Une lecture agréable, qui ne me laissera pas un souvenir extraordinaire, mais qui néanmoins nous ouvre la voie sur une série qui j’espère s’améliorera et dans laquelle j’espère également que la légende du « Boucher » perdurera.

 

coeurcoeurcoeur_clair_clair