L'ATELIER DES MIRACLES

 

L'atelier des miracles

 

de Valérie Tong Cuong

aux éditions JC Lattès

 

Quatrième de couverture:

 

Prof d’histoire-géo mariée à un politicien narcissique, Mariette est au bout du rouleau. Une provocation de trop et elle craque, envoyant valser un élève dans l’escalier. Mariette a franchi la ligne rouge. 
Millie, jeune secrétaire intérimaire, vit dans une solitude monacale. Mais un soir, son immeuble brûle. Elle tourne le dos aux flammes se jette dans le vide. Déserteur de l’armée, Monsieur Mike a fait de la rue son foyer. Installé tranquillement sous un porche, il ne s’attendait pas à ce que, ce matin, le « farfadet » et sa bande le passent à tabac. 
Au moment où Mariette, Millie et Mike heurtent le mur de leur existence, un homme providentiel surgit et leur tend la main – Jean, qui accueille dans son Atelier les âmes cassées, et dont on dit qu’il fait des miracles. 
Mais peut-on vraiment se reconstruire sans affronter ses fantômes ? Avancer en se mentant et en mentant aux autres ? Ensemble, les locataires de l’Atelier vont devoir accepter leur part d’ombre, tandis que le mystérieux Jean tire les ficelles d’un jeu de plus en plus dangereux.

 

La chronique de LisaMcLivres


 

Qui n’a pas rêvé un jour dans sa vie de tourner le dos au passé et de changer de vie ? De poser ses cartes et de prendre un nouveau jeu ? Ce qui pour certains tient de la volonté, pour d’autres relève tout simplement du miracle.

 

Millie, Mariette et Monsieur Mike. Trois noms, trois personnages et trois vies. Leur point commun, c’est d’avoir tous les trois poussé la porte de l’Atelier des miracles à un carrefour de leur vie, un point de non-retour. Quelle chance ils ont d’avoir été « sélectionnés » par Jean, ce personnage au combien énigmatique qui voue sa vie à sauver celle des autres, à faire des miracles.

 

Par ce roman choral, Valérie Tong Cuong s’adresse à tout le monde. Ses personnages nous touchent tant ils nous paraissent proches de nous. Chacun à leur manière, ils nous racontent leur histoire et à eux trois, nous offrent un panel de ce que chacun de nous a au fond de lui, de nos peurs, nos angoisses jusqu’à nos rêves et nos aspirations.

 

Ce livre a été un vrai coup de cœur pour moi pour plusieurs raisons :

 

J’aime le choix du titre. J’aime ce type de narration, avec des personnages qui nous racontent leur vie, leurs émotions et leurs désirs. J’aime la touche de cynisme avec laquelle l’auteure nous décrit les épreuves que vivent les personnages. J’aime sentir de l’empathie, de l’attachement voire de la tendresse pour les personnages. J’aime commencer un livre en me disant que mes obligations quotidiennes vont m’empêcher de le finir dans la journée. J’aime avoir envie de partager cette lecture avec les gens qui m’entourent. J’aime voir les personnages évoluer au fil des pages comme si j’en étais le témoin privilégié. J’aime me dire que je les connais presque, tant ils ressemblent un peu à tout le monde. Et plus que tout, j’aime tourner la dernière page d’un livre avec un sentiment de manque parce que ça y est, il est fini.

 

Je me souviendrai longtemps de Millie qui rêve de changer de vie ou tout simplement qui rêve de la trouver, de Mariette qui va devoir s’accepter pour pouvoir exister, et de Monsieur Mike, mon préféré, celui pour qui j’ai eu du début jusqu’à la fin une tendresse toute particulière, et qui nous touche par son flegme et sa naïveté face aux épreuves qui jalonnent sa vie.

 

L’atelier des miracles est une pépite qui nous transporte dans un monde d’émotions de la première à la dernière page, avec la sensation d’exister dans ses lignes, de s’y voir et d’espérer le meilleur pour tous les personnages. C’est un livre que je qualifie de « livre doudou », un de ceux dont on ne veut pas se séparer et qui nous réconforte.

 

Le miracle dans cette histoire c’est de se dire que chacun de nous a en lui les moyens de changer. L’atelier des miracles nous l’avons tous en nous.

 

Merci Valérie Tong Cuong pour ce message d’espoir et d’humanité.

 

 

IMG_20130329_191136

 

Ma note: coeurcoeurcoeurcoeurcoeur