QUI DE NOUS DEUX?

LA SOCIETE

TOME 1

 

15844074

 

d'Angela Behelle

aux éditions La Bourdonnaye

 

Présentation de l'éditeur:

Un élève aussi farouche que séduisant, une société secrète, un lent apprentissage mené de main de maître qui éveille son corps et comble ses désirs les plus inavouables, Mickaëlla Valmur est loin d'imaginer ce que lui réserve cette étrange rentrée scolaire au goût amer.    

 

La chronique de Lisa McLivres:

Lorsque Mickaëlla Valmur, jeune veuve et professeur de philo dans un lycée, s'engage à s'occuper personnellement d'un nouvel élève de terminale, Alexis Duivel, et à le guider sur le bon chemin jusqu'à son Bac, elle est loin de s'imaginer que c'est elle qui va le suivre et se soumettre à tous ses désirs.


Une jeune femme réservée, avec peu d'expérience de la sexualité, un jeune garçon attirant et énigmatique et, disons-le qui fait plus que ses 17 ans, une relation non conforme, voici les ingrédients de base qu'Angela Behelle utilise pour nous concocter une histoire aux petits oignons.


Elle nous entraîne lentement sur un chemin vers la sensualité et les jeux sexuels que vont partager les 2 personnages. Les choses démarrent par un jeu d'approche érotique rudement bien mené qui nous invite à continuer cette route vers des sommets insoupçonnés. En effet, cette histoire va nous conduire à des situations de plus en plus sensuelles, de plus en plus extrêmes. Le jeu de la séduction va se transformer en plan sexuel mené de mains de maître par Alexis qui ne tolère aucuns écarts.


Outre cet aspect de l'histoire, nous sommes également interpellés par certains détails de l'intrigue et on comprend vite que cette domination et cette dépendance sexuelles ont une origine et une finalité. L'auteure mène très bien sa barque et nos attentes sont satisfaites.


J'ai pour ma part (mais c'est mon point de vue personnel qui n'a rien à voir avec la qualité du livre) toujours un peu de mal à comprendre comment le personnage féminin dans ce genre d'histoire se "convertit" aussi vite aux jeux de maître à élève (ou esclave). Mais bon dans ce genre littéraire on ne va pas tourner autour du pot trop longtemps non plus!


Ce livre est effectivement pour un public avertit car même si les scènes de sexe progressent lentement, elles atteignent un niveau assez violent et sans tabous, ce qui m'a parfois mis assez mal à l'aise n'étant pas spécialement fan de BDSM dans la littérature érotique. Je pense que pour apprécier cette lecture, il faut être prête à lire du BDSM plus que de l’aimer.


Reste à savoir si avec ce tome 1 j'ai eu envie d'en connaître plus sur cette fameuse Société.... la réponse est oui!

 

 

coeurcoeurcoeurcoeuréclair